Les bruits de fond diminueraient la capacité des bambins à apprendre de nouveaux mots

On se doute bien des effets négatifs du bruit de fond sur la concentration des enfants.

Une étude de l’université du Wisconsin-Madison, parue le 16 juillet dans la revue Child Development, montre que l’effet du bruit de fond est important sur l’apprentissage du langage chez les jeunes enfants.

L’environnement, incluant le type de stimulations et leur fréquence, a une influence sur ce que l’enfant apprend et comment il l’apprend. La présence de bruit de fond à la maison ou à l’école rend difficile l’apprentissage de mots nouveaux chez les bambins.

Le langage est un des piliers de la réussite scolaire. Cependant, les maisons modernes sont pleines de distractions comme la télévision, la radio ou les conversations. Cela affecte la manière dont les enfants apprennent à parler. Les adultes devraient être vigilants au sujet de la teneur de leurs conversations et du bruit ambiant quand ils interagissent avec de jeunes enfants.

Cette étude sur l’impact des bruits existants dans l’environnement de l’enfant suggère que l’importance de ces derniers peut l’affecter  sur les plans cognitif, psychologique et physiologique. Les performances scolaires reflètent ces effets.

Dans l’expérience menée, 106 enfants de 22 à 30 mois ont été exposés à une situation d’apprentissage de nouveaux mots soit dans un environnement calme, soit dans un milieu bruyant. Trois situations d’apprentissaged de nouveaux mots ont été testées.

La première concernait des enfants jeunes (22 à 24 mois). La deuxième testait des enfants plus âgés (28 à 30 mois). La dernière concernait les enfants âgés : on leur apprenait une séquence de deux mots dans un environnement calme puis ils étaient séparés en deux groupes où ils apprenaient deux mots supplémentaires soit au calme, soit dans le bruit.

Les résultats de ces expériences montrent que, à chaque fois,  le groupe au calme est le seul à restituer parfaitement les mots.

 

Les enfants ne sont jamais dans les n environnement parfaitement calme. Cependant, il est important que les éducateurs veillent à réduire au maximum les bruits de fond nuisibles.

La télévision ou la radio allumées en permanence présentent donc un obstacle à l’acquisition du langage chez les bambins.

Le silence est donc fondamental.

 

Article : Society for Research in Child Development. « Background noise may hinder toddlers’ ability to learn words

Source : ScienceDaily. ScienceDaily, 21 July 2016.

Les nourrissons préfèrent les jouets genrés

On va commencer par un article récent publié le 15 juillet dans Infant and Child Development, à propos des préférences en matière de jouets chez les bébés âgés de plus de 9 mois.

Cet étude réalisée par City University et University College of London, montre que la différenciation sexuelle est présente plus tôt qu’on peut l’observer vraiment.

Les chercheurs ont étudié un échantillon de 101 nourrissons, répartis de la manière suivante : 40 enfants de 9 à 17 mois, 29 enfants de 18 à 23 mois et 32 enfants de 24 à 32 mois. Ils ont observé leur comportement vis à vis d’un panel de jouets dans le cadre de la crèche, hors de la présence des parents. L’appréciation de la différence entre les sexes est de plus en plus présente au fur et à mesure du développement de l’enfant.

Les jouets proposés étaient les suivants : une poupée / une voiture, un ours rose / bleu, une marmite / une pelleteuse et un ballon.

Dans chaque groupe, les garçons ont été attirés par les jouets plutôt masculins et les filles par les jouets plutôt féminins.

À l’origine de l’étude, l’incertitude historique à propos de l’origine des préférences pour les jouets stéréotypés par les garçons et les petites filles. Le but était de déterminer comment cette différenciation s’exprime et à quel âge elle se produit.

Il existe des différences biologiques : les garçons ont des aptitudes qui les font s’intéresser aux activités qui font intervenir la spatialisation et la rotation mentale d’objets, alors que les filles sont plus attirées par les visages et ont des aptitudes plus développées en motricité fine et en manipulation d’objets. L’étude faite chez ces enfants dans un environnement familier, la crèche, sans leurs parents montre que leurs préférence dans le choix des jouets est en accord avec ces aptitudes, même dans le groupe le plus jeune. Chez ce dernier, la balle était choisie majoritairement par les garçons, et la marmite par les filles.

 

A la lumière de cette étude, on peut se demander comment se positionner par rapport au genre : faut-il continuer à entretenir ce que la biologie impose ? Est-ce que la lutte contre les stéréotypes est justifiée ? L’éducation peut-elle atténuer les stéréotypes ?


Article : Brenda K. Todd, John A. Barry, Sara A. O. Thommessen. Preferences for ‘Gender-typed’ Toys in Boys and Girls Aged 9 to 32 Months. Infant and Child Development, 2016;

Source : City University. « Infants prefer toys typed to their gender, says study. » ScienceDaily. ScienceDaily, 15 July 2016. www.sciencedaily.com/releases/2016/07/160715114739.htm.

De l’art de débuter un blog

Parce qu’il faut bien commencer par quelque part… Je suis un peu nulle pour écrire une introduction,  ça n’a jamais été mon exercice préféré.

Aujourd’hui,après des mois de réflexion et de procrastination, j’ai décidé d’ouvrir ce blog.

Encore un blog de parents, me direz-vous, pourquoi faire alors que la blogosphère est déjà bien encombrée !

Certes.

Cependant, cela n’empêche personne d’occuper un petit espace de l’Internet, non ?

Toutefois, ce n’est pas dans mon intention de raconter ici quelques tranches de vie, je suis plutôt quelqu’un d’assez pudique, je ne pense pas avoir une plume suffisamment passionnante pour transformer mon quotidien de mère en congé parental en quelque chose d’extraordinaire. Je poste des photos sur Instagram, c’est tout.

Pourquoi donc écrire un blog dans ce cas ?

J’aime beaucoup lire les blogs de parents, je trouve extraordinaire la façon dont ils arrivent à partager leur quotidien avec des inconnus, je pioche sans vergogne chez eux pour nourrir ma réflexion parentale et les activités que je fais avec mes enfants. C’est d’ailleurs grâce aux blogs que j’ai découvert la parentalité bienveillante, l’application des pédagogies alternatives à la maison.

Cependant, j’ai plutôt envie de dédier mon blog au partage autour des dernières recherches en sciences éducation, les fameuses études, notamment sur tout ce qui a trait à la parentalité et l’éducation donnée par la famille. Maman, tu sais ? malgré son nom (qui le doit à fiston qui s’adresse toujours à moi en disant cette phrase), s’adresse à tous les parents.

J’ai un intérêt particulier pour la recherche ayant repris mes études durant mon premier congé parental, j’ai validé un Master recherche en sciences de l’éducation. Je caresse l’espoir un jour de pouvoir poursuivre en doctorat.

Ce blog donc me permettra d’alimenter une réflexion sur la parentalité à la lumière des sciences de l’éducation et des dernières recherches. J’aimerais parvenir à rendre ces fameuses études obscures accessibles à tous les parents, du moins je l’espère, c’est quelque chose d’assez particulier, je vais tout faire pour y arriver, ce sera à vous de me dire si c’est réussi !

Voilà.

J’espère que ce blog pourra vous apporter quelque chose et j’attends avec impatience le moment de converser avec vous !

A bientôt, donc !

Je vous l’avais dit que je n’étais pas douée pour les intros !